Deux infirmières du travail reimoises se suicident

Nous l’apprenions hier, lundi 29 août 2016, de nos confrères de France Bleu Champagne-Ardennes deux infirmières de santé au travail sur les cinq que compte le service médical Interprofessionnel de la Région de Reims (SMIRR) se sont suicidées à moins de 3 semaines d’intervalle cet été. Les conditions de travail seraient, une fois encore, pointées du doigt, alors que la profession infirmière est durement touchée par une vague de suicides depuis le mois de juin. Pas moins de trois soignants s’étant déjà suicidés. Glaçant.

Source: www.infirmiers.com

Suicides troublants de deux infirmières à la médecine du travail de Reims 

DEUX SUICIDES QUINZE JOURS À LA MÉDECINE DU TRAVAIL DE REIMS

Deux infirmières du SMIRR, le Service Médical Interprofessionnel de la Région de Reims, viennent de se suicider à 15 jours d’intervalle.

Source: www.moniquederrien.com

Automatisation et emploi : plus de questions que de réponses

Dans une excellente note d’analyse de France Stratégie (juillet 2016), Nicolas Le Ru explique pourquoi divers auteurs donnent des évaluations très différentes du nombre d’emplois menacés par l’automatisation. Trois contributions, devenues célèbres, sont représentatives de l’état de la controverse.

Source: theconversation.com

FRANCE-ALLEMAGNE : indicateurs de sinistralité au travail 2010-2014

Afin de dégager des tendances et de permettre des comparaisons plus fines, EUROGIP publie des indicateurs bilatéraux relatifs à la sinistralité au travail en Allemagne et en France de 2010 à 2014.
Les informations publiées dans ce document se veulent complémentaires des statistiques harmonisées publiées par Eurostat. L’enjeu pour EUROGIP est d’identifier, parmi les données disponibles pour les deux pays, celles permettant d’assurer à la fois une comparabilité des données et un suivi dans le temps. Aussi, ce document présente non seulement des données statistiques, mais aussi des éléments financiers, en particulier les rentes actives versées aux assurés suite à un accident du travail, un accident de trajet ou une maladie professionnelle. Enfin, il sera régulièrement mis à jour pour permettre un suivi cohérent des informations dans la durée.

Source: www.eurogip.fr

L’amélioration de la qualité de vie au travail

Une démarche de qualité de vie de travail a pour enjeu le développement de l’attractivité de l’entreprise, l’amélioration de la créativité, de l’engagement, de la motivation professionnelle et de la fidélisation des salariés, tout autant que la réduction des effets destructeurs et pathogènes du stress au travail (maladies cardio-vasculaires, troubles gastro-intestinaux, états d’anxiété et dépressifs…) et la diminution de l’absentéisme.

Source: www.officiel-prevention.com

Troubles musculo-squelettiques liés au travail sur écran (TMS)

Le travail sur écran impose une posture sédentaire, statique pendant de longues périodes, des gestes répétitifs et un intellectuel. Le matériel utilisé et l’aménagement spatial du poste doivent répondre à des critères ergonomiques précis et doivent être adaptés à l’utilisateur et à la tâche à réaliser.

A long terme, on peut constater l’apparition de troubles musculo-squelettiques : contractures musculaires et douleurs au niveau de la nuque, du dos, des épaules, des mains ou des avant-bras ou affections des nerfs périphériques au niveau des poignets comme le syndrome du canal carpien se manifestant par des sensations particulières de picotements, engourdissement ou douleurs aux doigts, mains ou poignets.

Source: www.medecinedutravail.net

Condamnation du CRE RATP pour licenciement nul d’un Directeur de la culture et des loisirs et pour harcèlement moral (CPH Bobigny 26 août 2016, Enc.- Départage)

Le Conseil de Prud’hommes condamne le CRE RATP à verser au Directeur de la culture et des loisirs les sommes suivantes :

100.000 euros à titre d’indemnité de licenciement nul ;
7.167 euros au titre du rappel de salaire sur mise à pied conservatoire ;
716 euros au titre des congés payés afférents ;
32.306 euros au titre de l’indemnité compensatrice de préavis ;
3.230 euros au titre des congés payés afférents ;
29.471 euros au titre de l’indemnité légale de licenciement ;
30.000 euros au titre de dommages-intérêts pour harcèlement moral ;
5.000 euros pour manquement à l’obligation de sécurité de résultat ;
1.500 euros au titre de l’article 700 du Code de procédure civile.
Au total, le salarié obtient 209.390 euros bruts.

Le CRE RATP doit aussi rembourser les allocations chômage dans la limite de 6 mois de salaire en application de l’article L. 1235-4 du code du travail.

Source: blogavocat.fr

Nantes. Médecine du travail : les cotisations patronales vont-elles augmenter ?

Une nouvelle direction sera élue lundi prochain à la tête du Service de Santé au Travail de la région nantaise. La rédaction du Journal des Entreprises vous dévoile la liste des candidats en lice.

Source: www.lejournaldesentreprises.com