Le mal être des futurs médecins, réel mais souvent tabou


Les étudiants en médecine sont-ils particulièrement exposés au risque de dépression ? Rythme de travail acharné, manque d’encadrement, violences psychologiques : des syndicats de jeunes médecins ont dévoilé mardi les résultats d’une étude sur les maux souvent tabous dont souffrent les futurs soignants.

Dans une récente note sur le burn out, la Haute autorité de santé (HAS) a souligné que les soignants étaient particulièrement « exposés » à la souffrance psychique et que de « nombreuses études récentes montrent une morbidité particulièrement élevée » chez ces professionnels.

Ces troubles touchent également les jeunes et futurs médecins, cependant les études épidémiologiques les concernant sont peu nombreuses », relèvent les syndicats d’étudiants et jeunes médecins (Anemf, Isnar-IMG, ISNCCA et l’Isni) qui ont lancé une enquête « inédite » sur le sujet.

Source: fr.news.yahoo.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s