« On ne peut pas bien faire notre travail dans ces conditions » : le difficile quotidien des ouvriers d’abattoirs


L’association de protection des animaux L214 a publié, jeudi 8 juin, une vidéo où des cochons sont abattus dans de mauvaises conditions. Mais derrière la souffrance animale se cache celle des employés des abattoirs, qui travaillent à des cadences élevées et dans de mauvaises conditions.

« Cette odeur, c’est l’odeur de la mort. Et quand elle s’incruste dans les narines, on ne s’en débarrasse jamais. » Mauricio Garcia-Pereira n’oubliera jamais la puanteur qui régnait à l’abattoir municipal de Limoges (Haute-Vienne), dans lequel il a travaillé pendant sept ans. Un mélange « d’excréments », de « pourri » et de « périmé » qu’il peine à décrire.

En 2016, il a filmé clandestinement, sur son lieu de travail, l’abattage de vaches gestantes pour L214. Cette association publie régulièrement des vidéos dénonçant la souffrance animale. La dernière, diffusée jeudi 8 juin, montre des cochons étourdis dans de mauvaises conditions, à Houdan (Yvelines). « Derrière ces images-chocs, il y a quelque chose qu’on ne voit pas. Cette chose, c’est la souffrance des salariés et leurs conditions de travail très difficiles », s’indigne Pascal Le Cadre, délégué syndical Force Ouvrière et employé dans une usine bretonne qui pratique l’abattage.

Pour cerner les difficultés de ces travailleurs, souvent anonymes et oubliés, franceinfo les a interrogés sur leur quotidien. 

Source: www.francetvinfo.fr