Vers un compromis ? | L’avenir du compte pénibilité


Il y a quelques semaines, le Président de la République aurait confirmé à François Asselin, président de la CPME (ex-CGPME), qu’il comptait mettre en place un moratoire pour l’application du compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P). Moratoire qui devrait permettre de renégocier les critères du fameux compte avec les partenaires sociaux. François Asselin s’était d’ailleurs réjouit du fait qu’Emmanuel Macron ne souhaitait pas abandonner le projet mais faire en sorte de donner à tous les acteurs concernés le temps de voir comment la pénibilité pouvait être applicable.

 Un dispositif qui ne peut pas fonctionner

Dès l’origine, le C3P avait suscité une levée de boucliers de la part du patronat qui y voyaient un dispositif difficilement applicable. Ou pire : ne pouvant pas fonctionner.

Rappelons que, mis en oeuvre par étapes depuis 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) permet aux salariés du privé exposés à au moins un facteur de pénibilité, parmi dix prévus par la loi, de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel.

Or, l’ensemble des entreprises françaises, au 1er septembre prochain, ont l’obligation de mettre en place l’ensemble des dix critères de pénibilité. Mais, à en croire certains, il semblerait que pour une grande partie d’entre eux, ces critères soient inapplicables, voire incompréhensibles.

Source: www.pic-magazine.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s