UberEATS et Foodora transforment la livraison à vélo, mais pas les conditions de travail


Une forte pluie, charriée par un vent froid, tombe sur Montréal. Gilberto arrive trempé sur son vélo. Toute la journée, il a livré des repas au centre-ville et dans les quartiers centraux. « C’est le genre de journée difficile », dit le livreur à vélo, les traits tirés.

 

Gilberto, la jeune vingtaine, fait partie des centaines de livreurs qui sillonnent la ville sur deux roues. Il travaille pour UberEATS, qui offre depuis la mi-avril un service de livraison de repas. Gilberto fait aussi la livraison pour trois entreprises de messagerie à vélo. Depuis un an et demi, il croise sur son chemin des livreurs de Foodora, propriété du géant allemand Delivery Hero, reconnaissables avec leur chandail et leur boîte de livraison couleur rose bonbon.

Source: www.ledevoir.com