Le droit fondamental à la santé au travail, un instituant du contre-pouvoir syndical


La santé au travail a été marquée par le compromis tissé à l’occasion de la loi de 1898 sur les accidents du travail, qui établit la primauté de la réparation sur la prévention des risques professionnels. Celui-ci s’est prolongé par la prévalence donnée aux compromis entre employeurs et représentants de salariés pour toute décision concernant la réglementation dans ce domaine (Henry et Jouzel, 2008). L’État s’est construit comme un acteur « modeste » (Crozier, 1987), confiant aux « partenaires sociaux » l’élaboration des règles et compromis qui définissent les normes de travail.

Source: france.attac.org