Une journaliste japonaise de 31 ans meurt après 159 heures supplémentaires en un mois de travail


Dans le pays, un employé sur cinq travaille plus de 49 heures par semaine en moyenne. Ce qui entraîne plusieurs centaines de cas de burn-out mortels chaque année. Un fléau baptisé le « karoshi », que l’on peu traduire par « mort au travail par surmenage », qu’a vécu une jeunes journaliste japonaise, morte suite à un malaise cardiaque causé par un sévère épuisement après 159 heures d’heures supplémentaires en un mois de travail.

Source: tempsreel.nouvelobs.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s