La négociation sociale améliore la santé mentale des salariés


Le premier facteur de stress au travail en Europe est la réorganisation du travail ou l’insécurité de l’emploi, avant la charge de travail, le harcèlement ou le manque de soutien des collègues et des supérieurs, affirme une enquête d’opinion commanditée par l’agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (EU-OSHA). La participation des salariés aux réorganisations est-elle de nature à réduire les risques sur leur santé mentale ?

Source: www.clesdusocial.com