11ème Congrès international sur le harcèlement au travail


Depuis les premières études sur le harcèlement, toutes les recherches ont pointé la gravité de cette violence et ses conséquences désastreuses tant sur la santé et l’identité des salariés ciblés que sur la bonne marche des organisations, cependant le harcèlement se perpétue même dans les pays qui ont des lois spécifiques. Si les dirigeants commencent à prendre des mesures pour lutter contre le stress au travail, ils ne savent pas bien repérer le harcèlement qu’ils jugent trop subjectif.

Mais la situation s’est complexifiée. Même si le harcèlement moral est une problématique interpersonnelle, elle dépend également à la culture organisationnelle et au climat de travail. Les nouveaux modes d’organisations du travail centrés sur la performance financière ainsi que les mutations de la société, ont fragilisé les salariés qui peuvent se sentir « harcelés ». Or nous rencontrons des cas où les méthodes de gestion elles-mêmes viennent à bafouer le respect qui est dû à chaque salarié et à dégrader leur santé, réalisant ainsi du harcèlement « managérial ». Cela nous amène à réinterroger les limites entre le harcèlement moral stricto sensu et un management harcelant. Même si le harcèlement est un risque parmi d’autres souffrances au travail, la nature particulière du harcèlement le différencie d’autres risques psychosociaux.

Le 11ème Congrès de l’International Association for Workplace Bullying and Harassment (IAWBH) se propose d’explorer la complexité du phénomène de harcèlement moral en prenant en compte la transformation du travail (nouvelles formes de travail, nouvelles organisations, nouvel environnement) et les mutations de la société moderne.

Source: bullying2018.sciencesconf.org