La prévention des risques professionnels dans les fonderies

Les opérateurs de fonderie élaborent, des pièces volumineuses
en alliages pour des fabrications unitaires ou en séries,
artisanales ou mécanisées. De nombreux agents chimiques
dangereux sont utilisés : les affections respiratoires sont des maladies professionnelles préoccupantes pour les fondeurs, avec la possibilité d’apparition de cancers. Par ailleurs, la nature même des procédés
de fonderie à partir de métal en fusion exposent évidemment
à un risque de brûlure thermique par projection de métal
ou exposition aux rayon

Source: www.officiel-prevention.com

L’histoire oubliée des «radium girls», dont la mort a sauvé la vie à des milliers d’ouvrières

Pendant la Première Guerre mondiale, des centaines de jeunes femmes ont été employées dans des usines horlogères pour peindre au radium des cadrans phosphorescents. Ces ouvrières qui brillaient littéralement dans le noir allaient souffrir de très graves effets secondaires. Leur calvaire marque le début d’une course contre la montre judiciaire et leur mort changera à jamais la vie des travailleurs américains.

Source: www.buzzfeed.com

Dossiers CHSCT : PREVENTION DU RISQUE ROUTIER PROFESSIONNEL EN MISSION

Les accidents routiers de mission ont lieu à l’occasion d’un déplacement nécessaire à l’exécution du travail, ce qui n’est pas le cas des accidents de trajet survenant entre le domicile du salarié et son lieu de travail.

Source: www.officiel-prevention.com

BURN, BORE, BROWN… OUT, une issue incontournable ?, Armelle Grenouilloux

La notion de « sale boulot » (dirty work) est empruntée à E. C. Hughes (1897-1983). Ses essais de sociologie du travail ont mis en évidence à la fois la hiérarchisation des professions, la valorisation sociale associée aux fonctions mais aussi la création de métiers spécialisés dans le traitement des « résidus » : prison, hôpitaux, industrie du déchet, secteurs de « l’humanitaire » et du travail social… L’usure et l’épuisement professionnel présents dans ces contextes avaient antérieurement été repérés dans les métiers répétitifs et/ou à haute pénibilité physique comme en témoignent notamment les écrits de Simone Weil sur La Condition Ouvrière. Et pourtant la notion de burn-out créée dans les années 1970 a émergé à propos des professionnels de l’aide et du soin. Le Burn-out touche aujourd’hui tous les secteurs d’activité et le Décret du 07 06 2016 autorise la reconnaissance de cet « état d’épuisement émotionnel, physique et psychique, ressenti face à des situations de travail émotionnellement exigeantes » comme maladie professionnelle.
Comment approcher les paradoxes d’une telle extension ?

Source: www.youtube.com

La sécurité des engins de terrassement

Les travaux sur les chantiers BTP nécessitent l’utilisation d’engins destinés au creusement (engins de forage, excavatrice), au terrassement proprement dit (pelle mécanique ou hydraulique), à la préparation des terrains (nivellement, compactage). L’acheminement de l’engin sur le chantier s’effectue à l’aide d’un véhicule porteur. Impressionnants par leur taille, leur puissance et leur mobilité, sur roues ou sur chenilles, ces engins déplacent et transportent d’énormes quantités de matériaux, mais par là même, sont sources de dangers importants pour le conducteur, les travailleurs à proximité ou le public.

Source: www.officiel-prevention.com

Le burnout, mal du siècle

Le burnout, tare du monde professionnel contemporain ? Dans les faits, il ne touche pas toutes les personnalités, et le travail est rarement seul en cause. La frontière est floue entre le burnout et la dépression.
Le burnout, tare du monde professionnel contemporain ? Dans les faits, il ne touche pas toutes les personnalités, et le travail est rarement seul en cause. La frontière est floue entre le burnout et la dépression.
C’est donc un fait entendu : le travail nous tuerait à petit feu, et le burnout serait le mal du siècle, à tel point qu’il deviendrait urgent de le reconnaître comme maladie professionnelle, et de l’indemniser comme telle.
Commençons par rappeler que le burnout est, selon sa définition la plus consensuelle (il en existe une cinquantaine), un syndrome associant un épuisement émotionnel et physique, la déshumanisation de la relation aux êtres et aux activités humaines, et une baisse, voire une disparition, du sentiment d’accomplissement personnel, en réponse à une situation chroniquement stressante.

Source: www.cairn.info

La prévention des risques professionnels des intérimaires

Les emplois intérimaires sont très nombreux dans tous les secteurs économiques et les risques professionnels de ces travailleurs, qui varient évidemment beaucoup selon les tâches effectuées, le profil des individus, ont néanmoins des caractéristiques communes : ils concernent plus fréquemment ce type de travailleur, car les travailleurs intérimaires sont plus exposés aux risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles du fait de la précarité de cette main d’œuvre, leur manque d’information, de formation et de connaissance des lieux et des procédés qui augmentent ainsi leu

Source: www.officiel-prevention.com

Quand le travail perd la tête par Christophe Dejours, 16 mars 2017

Mise en ligne le 30 mars 2017
La santé au travail n’est plus seulement la santé physique au travail. La santé mentale est désormais prise en compte. Cependant, elle est menacée par de nouvelles méthodes de management inspirée de Machieve

Source: www.youtube.com

Du surmenage professionnel au burn-out : réponses sociales et issues individuelles aux difficultés du travail d’hier et d’aujourd’hui

De nos jours, les travailleurs affirment ne pas seulement retirer des désagréments, des insatisfactions et de la souffrance des réformes managériales post-tayloriennes, qui exigent une mobilisation de soi accrue dans le procès de production. Il arrive également que le travail soit pour eux le moyen de mettre à profit leurs talents, leur créativité et leurs compétences, bref, de s’accomplir personnellement. À partir de l’analyse de la plainte de deux formes de « pathologie » du travail, le surmenage professionnel et le burn-out, l’article cherche à comprendre de quelle manière l’intensification de la dynamique de mobilisation-rétribution de la subjectivité du travailleur orienterait, parmi d’autres facteurs, l’expérience plus ou moins satisfaisante ou douloureuse que l’individu fait du travail dans la période contemporaine.

Source: www.erudit.org