Une enquête est ouverte autour du suicide de deux infirmières de la médecine du travail à Reims

Dans le courant de l’été 2016 deux infirmières du Service Médical Interprofessionnel de la Région de Reims se sont suicidées à 15 jours d’intervalle. Aprés enquête, l’inspection du travail  avait estimé que ces deux décès étaient bien des accidents du travail. Mais le  conseil d’administration du SMIRR ne les a pas reconnus comme tels. Le dossier a été transmis  au Procureur de la République de Reims et une enquête pénale est en cours  pour des infraction touchant aux conditions de travail.

Source: www.moniquederrien.com

Médecine du travail et spectacle vivant

LA SANTÉ AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES DU SECTEUR CULTUREL
Tout employeur, quel que soit son secteur d’activité, a pour obligation de se doter de moyens pour assurer la surveillance et la prévention de la santé de ses salariés au travail. Ceux du spectacle vivant n’échappent pas à la règle, et cette veille est assurée par des médecins du travail relevant d’un organisme unique : le Centre médical de la Bourse, le « CMB », bien connu des salariés du métier.

Source: sonomag.fr

Le nouveau visage de la médecine du travail

Un bon médecin du travail sait naviguer en eaux troubles. Grâce à sa neutralité, il doit conserver la confiance des salariés tout en ayant l’oreille de la direction. Ce pilier de la santé au travail est au cœur d’une réforme décryptée lors du dernier dîner-débat du Club Agora*, le 30 novembre dernier.

Source: www.focusrh.com

Faut-il euthanasier la médecine du travail ?

Décriée par les entreprises qui la considèrent souvent comme une taxe, méprisée par les salariés qui n’y trouvent pas d’utilité et boudée par les médecins qui la relèguent en toute dernière position dans leurs choix d’internat, la médecine du travail est malade. Le mal est profond. D’ici 2024, il n’y aura plus que 2200 médecins du travail en France, quand les 5500 médecins actuels ne suffisent pas à traiter l’ensemble des consultations obligatoires ni les actions en milieu de travail attendues de ces spécialistes ! Cette pénurie de l’offre, combinée à la crise de la demande apparente, devrait logiquement mener à la disparition progressive de ce système désuet et poussiéreux.

Source: www.cadredesante.com

Maroc | Médecine du travail : Un programme national dans le pipe

La prévention des risques professionnels devrait faire l’objet d’un programme national: ce volet sera au coeur des priorités. Le Bureau international du travail  appuie la nouvelle orientation du ministère de l’Emploi, avec en ligne de mire l’implication des membres du Conseil de la médecine du travail.

Source: www.leseco.ma

Histoire de la médecine du travail — Wikipédia

La pathologie professionnelle était déjà décrite dans la Bible et dans l’antiquité, un papyrus de 2 500 ans av. J.-C. contient la description dans l’ancienne Égypte du lumbago aigu survenu accidentellement chez un ouvrier ayant participé à la construction d’une pyramide. Plus tard Hippocrate le père de la médecine avait déjà remarqué en 450 av. J.-C. que l’asthme était plus fréquent dans certaines professions, les tailleurs, les pêcheurs et les métallurgistes entre autres. On trouve également des allusions aux maladies professionnelles chez Pline l’Ancien puis Julius Pollux.

Source: fr.wikipedia.org

Promotion du choix en médecine du travail

Afin de promouvoir le choix de la discipline de médecine du travail aux ECN (Épreuves classantes nationales), l’Association nationale des internes en médecine du travail (ANIMT) souhaiterait que la vidéo de Thierry Bonjour décrivant la spécialité en quelques minutes soit le plus largement diffusée. Celle-ci est disponible sur youtube à l’adresse :
https://youtu.be/aM6lKtBv-wQ.

Source: www.rst-sante-travail.fr

Algérie | Accidents du travail : le drame des employés non déclarés

Chaque année, des milliers de travailleurs algériens sont victimes d’accidents du travail. La plupart d’entre eux ne sont pas déclarés à la sécurité sociale. L’Etat a décidé d’intervenir en mettant en œuvre une réelle politique de prévention des risques professionnels qui de par le monde ont augmenté à 2,78 millions par an, selon un responsable onusien.

Source: www.presse-dz.com